Trois situations peuvent se présenter.

La plupart des plans de pension ne prévoient la constitution d'une pension que pour les périodes au cours desquelles vous avez effectivement travaillé et perçu par conséquent un salaire. En cas de maladie ou d'incapacité de travail, votre pension complémentaire sera moindre étant donné que le paiement des contributions de pension est suspendu durant ces périodes de maladie ou d’incapacité.

Il existe également des plans qui assimilent certaines périodes de maladie ou d'incapacité de travail à des périodes effectivement prestées. L’employeur continuera alors à payer les contributions de pension pendant votre absence. La période de maladie ou d'incapacité de travail n’aura alors aucune incidence sur votre capital de pension.

Enfin, le plan de pension peut prévoir une assurance complémentaire « exonération de prime » qui fait en sorte que l’assureur prenne en charge le versement de la contribution de pension pendant la période de maladie ou d’incapacité de travail. Dans ce cas, également, votre pension complémentaire ne s’en trouvera pas affectée.

En outre, il est également important d’examiner l’impact de la maladie ou de l’incapacité de travail sur l’éventuelle couverture décès.

Consultez le règlement de pension afin de connaître les implications concrètes d’une période de maladie ou d'incapacité de travail pour votre pension complémentaire et votre couverture décès.

Si vous le souhaitez, vous pouvez compenser la perte éventuelle au niveau de la constitution de la pension ou de la couverture décès pendant une période de maladie ou d'incapacité de travail en souscrivant de votre propre initiative une assurance sur la vie individuelle temporaire. Pour de plus amples renseignements à ce propos, vous pouvez le cas échéant vous adresser à votre intermédiaire d’assurances.