Maître de vos risques

Le gouvernement a décidé de relever le plafond fiscal pour l'épargne-pension. Dois-je alors verser plus qu'auparavant dans mon assurance épargne-pension?

Le gouvernement a décidé dans le cadre de l'accord d'été 2017 de faire passer de 960 euros à 1.230 euros le plafond fiscal pour l'épargne-pension à compter de l'exercice d'imposition 2018, mais aussi de ramener la déductibilité de 30 % à 25 % pour tout versement supérieur à 960 euros par an.

Qu'est-ce qui change pour l'épargne-pension à partir de 2018 ?

Tout versement inférieur ou égal à 960 euros par an permettra de bénéficier, comme auparavant, d'une réduction d'impôt correspondant à 30 % du montant épargné. Si vous versez plus de 960 euros, vous ne récupérerez que 25 % du montant global que vous aurez épargné cette année-là. Le gouvernement entend de cette manière inciter les gens à épargner davantage pour leur pension, sans faire de trou dans le budget. Il est à noter que les montants exacts pour 2018 (960 euros et 1230 euros) sont chaque année adaptés à l'indice.

Quelques exemples :

  • Jean épargne 960 euros en 2018. L'année d'après, il bénéficiera d'une réduction d'impôt de 30 %, soit 288 euros (encore à majorer des centimes additionnels communaux).

  • Christine épargne 1.000 euros en 2018. L'année d'après, elle bénéficiera d'une réduction d'impôt de 25 %, soit seulement 250 euros (encore à majorer des centimes additionnels communaux).

  • Marc épargne 1.230 euros en 2018. L'année d'après, il bénéficiera d'une réduction d'impôt de 25 %, soit 307,5 euros (encore à majorer des centimes additionnels communaux).

Si vous souhaitez faire usage des règles fiscales modifiées pour épargner un montant supérieur à 960 euros pour votre pension par le biais de l'épargne-pension après le 1er janvier 2018, vous devez le signaler explicitement à votre assureur. Sans votre consentement explicite, un assureur ne peut pas accepter de versements supérieurs à 960 euros.

Votre assureur peut vous conseiller concernant les options qui conviennent le plus à votre cas personnel, notamment en fonction de votre âge et le fait que vous ayez ou non un contrat d'assurance.