Maître de vos risques

Comment éviter un dégât d’eau?

L'hiver est à l’origine de nombreux sinistres dus à l’eau. Un sur deux sinistres dans le cadre de l’assurance habitation est un dégât d’eau !

Un dégât d’eau peut causer d’importants dommages à votre habitation et son contenu tels que dommages aux tapis, papier peints, plafonds, parquets, mobilier …

Dégâts des eaux ≠ inondation

Les contrats d'assurance multirisques habitation comportent généralement un volet « dégâts des eaux » qui couvre ces dommages causés accidentellement par l’eau.

Attention, les contrats font une différence entre « dégâts des eaux » et inondation ! Ainsi, les infiltrations et fuites de liquides dans votre habitation sont couvertes par la garantie « dégâts des eaux » ; par contre, une inondation suite à un événement de la nature tel que le débordement d’un cours d’eau, le sera par la garantie « catastrophes naturelles ».

Parmi les origines les plus fréquentes de dégâts d’eau l’on trouve les fuites de canalisations dues au vieillissement (rouille) ou au gel, les débordements de machines à laver ou lave-vaisselles, les infiltrations d'eau à travers la toiture et les plateformes, le débordement de gouttières obstruées ainsi que les oublis et négligences (débordements suite un robinet laissé ouvert par exemple).

Avec un peu d’attention et un entretien régulier, ces dégâts pourraient facilement être évités. Il n’est pas inutile de rappeler un certain nombre de mesures de prévention faciles à prendre pour éviter que vous ne vous retrouviez prochainement les pieds dans l’eau. C’est d’autant plus vrai à l’approche de l’hiver avec – parfois – des températures glaciales…

A titre d’exemple, les assureurs ne sont pas près d'oublier les dégâts dus au gel lors de l’hiver 1996-1997 où ils ont enregistré au titre de la garantie "dégâts des eaux" plus de 20.000 déclarations de sinistres, équivalant à un dommage total de près de 32.000.000 euros. En 1984-1985, le nombre de sinistres s’était même élevé à 40.000. Une petite enquête récente d’Assuralia auprès des entreprises d’assurances montre qu’un sinistre moyen en dégât d’eau est de l’ordre de 1.500 euros. Voici quelques exemples de cas typiques réels rencontrés par les assureurs, ainsi que le montant que représentait le sinistre:

  • infiltration par la toiture : 1000 €
  • fuite d’une canalisation d’eau encastrée due à la corrosion : 1650 €
  • débordement d’une machine à laver défectueuse : 1450 €
  • infiltration d’eau venant du voisin : 1150 €
  • problème d’égout bouché : 1475 €

De manière générale, les buildings sont particulièrement sensibles aux dégâts des eaux, en raison du ruissellement des eaux d’un étage à l’autre ; en revanche, les bâtiments agricoles sont en général moins vulnérables à ce type de dommage que les autres types de bâtiments.

Précautions à prendre 

Prévenez les infiltrations d’eau de pluie dans votre habitation

  • Ne quittez jamais votre habitation en laissant une fenêtre ouverte et particulièrement une fenêtre de toit lorsqu’il y a le moindre risque de pluie.
  • Veillez au bon état des façades, faites réparer les fissures par lesquelles la pluie pourrait s’infiltrer.
  • Surveillez régulièrement l’état de votre toit, en particulier après une tempête ou des vents violents.
  • Lors de pluies abondantes, vérifiez dans vos combles qu’il n’y a aucune infiltration d’eau.
  • Contrôlez le bon état de vos gouttières et corniches ainsi que les tuyaux de descente d’eaux pluviales.
  • Nettoyez régulièrement vos gouttières tout particulièrement en période de chute
  • des feuilles mortes et dégagez le bas des conduites.

Prévenez les dégâts dus au gel

  • Isolez ou vidangez à temps les canalisations d’eau exposées au gel, en particulier celles qui mènent à un point d’eau dans un mur extérieur ou au jardin, de même que des machines à laver installées dans des locaux non chauffés.
  • Lorsqu’une habitation est inoccupée pendant plusieurs jours au cours de l’hiver (attention aux écoles et crèches fermées ou aux étudiants qui abandonnent leur kot à Noël ou après la session de janvier !), vidangez les installations d’eau et de chauffage central à moins de veiller à y maintenir une température suffisante pour prévenir le gel.
  • Sachez qu’en cas de température ambiante trop basse, de la paraffine peut se former dans les conduites de mazout de chauffage, causant l’arrêt de l’installation et des dégâts plus graves.
  • Procédez à un contrôle dès le redoux, sans oublier les parties inoccupées de l’immeuble (grenier, garage, remise…).

De manière générale

  • Contrôlez régulièrement l’état des conduites d’eau afin de détecter rapidement un début de fuite. Sachez qu’une fuite « qui goutte » représente 4 l d’eau à l’heure soit près de 700l après une semaine !
  • Contrôler la couleur de l’eau : si la première eau qui sort d’un robinet après une période d’inutilisation est jaune ou brunâtre, il y a lieu de s’inquiéter. Cela peut être le signe que la canalisation rouille à l’intérieur. Sans intervention, à terme, la rouille percera la canalisation.
  • Surveillez l’étanchéité des joints autour des douches et baignoires afin de prévenir les infiltrations d’eau lors de leur utilisation.
  • Inquiétez-vous des taches d’humidité qui apparaissent au niveau des murs et plafonds : cela pourrait indiquer qu’une canalisation encastrée présente une fuite.
  • Préférez les machines à laver et lave-vaisselles équipés d’un dispositif antidébordement et ne les faites pas fonctionner en votre absence. Vérifiez régulièrement que les filtres ne sont pas obturés.
  • Surveillez les enfants qui généralement aiment jouer avec l’eau.
  • Prenez l’habitude de couper l’eau de votre habitation lorsque vous vous absentez pour plusieurs jours.

Votre assurance habitation prend généralement en charge:

  • les frais de sauvegarde qui sont ceux engagés rapidement par l’assuré en vue d’éviter un sinistre ou d’en limiter les conséquences
  • les frais de recherche et de remise en état consécutive (ouverture et remise en état de murs, sols, plafonds…) nécessaires pour localiser et réparer la fuite d’une canalisation encastrée, la réparation étant également prise en charge
  • les dégâts causés par l’action de la mérule dont le développement est consécutif à un dégât d’eau assuré

N’est généralement pas couvert par l’assurance habitation:

  • la réparation des appareils qui sont à l’origine du sinistre (machine à laver défectueuse, chaudière détruite par le gel,…
  • la réparation des toits et terrasses par lesquels a eu lieu l’infiltration d’eau;
  • dans certains cas, les dommages qui résultent d’un manque d’entretien ou de prévention. Ex. : seconde résidence inoccupée laissée sans protection contre l’effet du gel.

Les garanties peuvent varier d’un contrat à l’autre. Consultez votre contrat pour en connaître la couverture exacte.

Il est à noter qu'un nombre croissant de compagnies d'assurance vont au devant des assurés confrontés à de tels sinistres et leur offrent des services d'assistance, dites « en nature », prenant en charge les réparations urgentes.

 

March 29, 2016